• Comment est née l’association contre la violence à Saint-Denis / Plaine Commune ?

    L'association contre la violence est née d'abord d'un collectif sans parti pris politique et racial. Un jour, de novembre 2003, à 19h à Saint Denis, Natacha Fellous a été victime d'un vol à la portière. Vitre passager brisée en mille éclats se répandant avec force à l'intérieur du véhicule et dans les cris de terreur, un bras ganté qui attrape furtivement son sac à main posé à même le sol. Pendant ce temps, cette nouvelle victime ne savait pas que d'autres subissaient le même jour, une agression plus ou moins violente mais de toutes les façons, une agression. En effet, la réalité, à Saint-Denis, Plaine Commune va bien au delà de l'imaginable, et ne peux être simplifiée et synthétisée par une série de statistiques. Des personnes âgées, frappées sans aucune retenue pour un porte monnaie à peine rempli, des gamins de 13 ans rackettés et terrorisés, des femmes pour la plupart agressées deux fois, voire trois, pour un sac dont le contenu ne méritait pas évidemment le traumatisme laissé. ….bref, une situation inacceptable dans une ville où ces citoyens ont choisi d'habiter parce qu'il fait aussi bon y vivre. Très rapidement, l'idée du collectif a suscité de très nombreux appels et réactions des Dionysiens et de personnes résidant en dehors de la ville. Le collectif en deux semaines à réunit plus de 350 signatures et s'est structuré en association (lien sur les statuts) pour dénoncer la violence à Saint Denis. Affirmer haut et fort que cette violence est inacceptable.
  • Articles récents

  • Accueil
  • > Recherche : association violence

Résultats de votre recherche

Municipales 2008: L’Association contre la Violence s’adresse aux candidats à la Municipale

Posté par jeanluke le 12 février 2008

Voir les réponses des candidat(e)s        lire

————————————————————————————–

logohomegauche.gifAssociation contre la violence

à Saint Denis / Plaine Commune le 11 février 2008

 

PREVENTION: CHICHE !

Prévention et sécurité s’invitent naturellement dans la campagne électorale municipale de 2008.

Le droit à la sécurité est un droit constitutionnel bafoué tous les jours dans notre ville.

L’association contre la violence rappelle quelques-unes de ses propositions, largement soutenues par les citoyens de notre ville qui les expriment régulièrement dans les réunions publiques concernant la vie locale.

1> Mise en place de la vidéo-protection aux endroits sensibles.

2> Développement de la police municipale en complémentarité avec la police nationale.

3> Mise en place d’un plan de prévention contre la délinquance partagé avec les acteurs.

4> Modernisation et amélioration de l’éclairage public.

5> Réalisation des aménagements urbains proposés par la police nationale.

L’association contre la violence demande aux candidats de s’exprimer clairement sur chacune de ces propositions afin que les électeurs de Saint Denis puissent voter en toute connaissance des positions des uns et des autres.

Nous voulons pouvoir vivre, travailler et circuler en paix à Saint Denis

Les Membres du bureau de l’Association Contre la Violence

Publié dans | Pas de Commentaires »

contactez l’Association contre la Violence

Posté par jeanluke le 3 janvier 2008

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Hommage à Madame Luong Phong

Posté par jeanluke le 3 janvier 2008

1002992.jpgVendredi 9 Novembre à 18h, l’Association contre la violence à Saint Denis/Plaine Commune organisait un rassemblement silencieux en hommage à Mme Luong Phong. Cette habitante de Villemomble, venue rendre visite à sa sœur à saint Denis, est décédée suite aux coups reçus lors d’une agression rue de la République alors qu’elle sortait du restaurant.

hommage.jpgEn présence de Didier Paillard, Maire de Saint Denis, de nombreux élus de la majorité municipale, Communistes et Socialistes (le Groupe des Elus Socialistes et son Président Georges Sali avaient appelé à participer au rassemblement) ainsi que de plusieurs élus de l’opposition, de nombreux Dionysiens sont venus rendre hommage à cette nouvelle victime de la violence.

Le rassemblement était silencieux et il n’y aura pas de commentaires. Les faits parlent, hélas, d’eux-mêmes.

Publié dans | Pas de Commentaires »

BETEMENT!!! L’affaire Messaoudène

Posté par jeanluke le 3 janvier 2008

Dans un courrier paru dans le Journal de Saint Denis, un membre du Cabinet du Président de Plaine Commune s’en prenait à l’Association contre la Violence, l’accusant de récupération politique. Ce Monsieur décrétait que Mme Luong Phong était « morte bêtement » ( ???!!!). Et pour faire bonne mesure s’en prenait aux participants au rassemblement silencieux du 9 Novembre, accusés d’attaquer la Municipalité. Rappelons que la plupart des élu(e)s municipaux étaient présent(e) à ce rassemblement, et, en particulier, le Maire de Saint Denis. Comprenne qui pourra !!! A moins que ce ne soit, au contraire, très clair. Un élu d’importance manquait à cet hommage, le Président de Plaine Commune et Député de la Circonscription.

Depuis cette attaque en règle, l’Association contre la Violence croule sous les messages de soutien.

Voici le communiqué de l’Association contre la Violence :

logohomegauche.gifAssociation contre la violence

à Saint Denis / Plaine Commune le 23 novembre 2007

 

Droit de réponse à Monsieur Messaoudène chargé de mission à Plaine Commune (Collaborateur Groupe Communiste et Partenaire) mais également citoyen de gauche

Monsieur,

Nous vous rappelons que l’Association Contre la Violence à Saint-Denis / Plaine Commune existe depuis maintenant 4 ans. Elle a défendu et apporté son aide à de nombreuses personnes victimes de vol avec violence. Nous n ‘avons eu de cesse de militer pour un droit à la sécurité pour tous en organisant de nombreuses manifestations et en rencontrant tous les acteurs concernés des pouvoirs publics : (Ministre, Préfet, Sous Préfet, Maires, Commissaires,….). Nous sommes pour votre information une association sans parti pris politique ou racial. C’est en toute liberté que nous agissons !

Vous vous permettez de porter un jugement diffamatoire sur notre association et sur l’ensemble de nos adhérents et sympathisants dans votre communiqué du JSD N° 724 paru le mercredi 21 novembre. Vous créez délibérément la confusion et l’amalgame en parlant des 2 rassemblements qui ont eu lieu.

Pour rappel, puisque vous étiez présent : l’association Contre la Violence a organisé un rassemblement le vendredi 9 novembre 2007 à 18 H 00 devant le parvis de la Mairie. Vous semblez scandalisé par le fait que ce rassemblement a eu lieu devant la place Jean Jaurès qui, je vous le rappelle, est avant tout un lieu institutionnel appartenant à tous les citoyens ; je suis choqué que Monsieur le Maire présent ce soir là puisse pointer du doigt la municipalité (‘intéressant, non ?). Nous tenons à vous rassurer ; la gerbe de fleur a été déplacée sur le lieu ou Madame Luong Phong à été agressée.

Lorsque vous écrivez que nous avons utilisé la mort de Madame Luong Phong à des fins politiques, c’est un pur mensonge. Nous avons toujours soutenu toutes les victimes et n’avons, contrairement à ce que vous affirmez, aucun lien avec un ou des partis politiques. Nous rencontrons et échangeons régulièrement avec les élus et responsables politiques de Saint-Denis de toutes tendances.

Vous dénaturez sciemment le sens de notre initiative en parlant de récupération politique, Madame Luong est décédée suite à une agression violente et non pas comme vous l’écrivez « bêtement ».

Les principaux partis politiques étaient représentés à notre rassemblement pour rendre hommage à Madame Luong et en premier lieu Monsieur le Maire, des élus PCF, Socialistes, UDF, UMP…. Il ne manquait qu’un seul élu d’importance le député de la circonscription et nous le regrettons. En revanche, il semblerait que vous n’ayez pas compris le sens des quelques mots qui ont été prononcé dans le discours que j’ai tenu. Nous ne cherchons pas à dédouaner de leurs responsabilités ni la droite, ni la gauche cela ne nous intéresse pas ! Ce qui nous intéresse c’est l’ensemble des dispositifs et actions concrètes qui ont été mis en place pour que cesse l’escalade de la violence sur notre ville.

Vous nous accusez de réagir sous le coup de l’émotion et de ne pas prendre de distance face à cet acte barbare mais les discours politiquement corrects finissent par ressembler à des injures vis à vis des victimes. C’est d’ailleurs pour cette raison que des habitants ont réagi et cela est bien la preuve d’une demande très forte de la population qui attend de tous les pouvoirs publics un travail réel et sérieux sur la question de la violence dans notre ville.

Vous parlez de l’article du Parisien du 12 novembre, nous ne voyons pas en quoi il concerne le rassemblement de notre association. Lisez plutôt l’article de ce même journal du samedi 10 novembre vous y verrez plus clair. Nous vous invitons également à lire le JDS n 723 les faits et notre action y sont très bien relatés !

PS. : Pour aller jusqu’au bout de votre réflexion, il aurait été plus audacieux de citer le nom de notre association dans votre courrier.

L’Association Contre la violence – Senia Boucherrougui/Présidente, les Membres du Bureau

Publié dans | Pas de Commentaires »

Association contre la Violence à Saint Denis/Plaine Commune BP 26 93201 Saint Denis Cedex colvp@voila.fr

Posté par jeanluke le 3 janvier 2008

banderolledebiais.jpg

Communiqué de presse : 5 août 2010

SECURITE

L’ECHEC DES POUVOIRS

PUBLICS

NATIONAUX ET LOCAUX

L’Association Contre la violence à Saint-Denis / Plaine Commune souhaite réagir au plan sécurité annoncé par le gouvernement. Depuis 2004, notre association A-Politique a toujours défendu le droit à la sécurité pour tous. Aujourd’hui, suite aux nombreuses déclarations, nous souhaitons réagir sur plusieurs points. L’amalgame entre immigration et insécurité est dangereuse. Ces affirmations conduisent à la haine de l’autre, l’intolérance. L’opposition entre Français, Français issus de l’immigration et les immigrés ne règlera pas les violences. Nous rappelons que la Seine-Saint-Denis reste le département le plus criminogène de France.
Sur la ville de Saint-Denis, c’est +5% de vols violence depuis le début de l’année.

Les violences faîtes aux personnes ne cessent d’augmenter.

Nous estimons que la déchéance de la nationalité française n’aura que très peu d’effet sur la baisse de la délinquance générale et aucun impact sur l’inquiétante augmentation de la délinquance des mineurs puisque ces mineurs sont nés sur le territoire.

Il ne s’agit pas non plus, de problème d’intégration, d’assimilation ou d’absorption…Il n’y a que des délinquants dont l’origine ou la couleur importe peu…parole de victime ! L’arsenal juridique et les nombreuses réponses pénales suffisent à traiter tous les cas et toutes les affaires dès lors que la justice soit réactive et la même pour tous.

Pour éviter les dérives et la stigmatisation devenue quasi-systématique des habitants des quartiers populaires, nous appelons de nos vœux, depuis plusieurs années déjà, l’Etat et les collectivités (Intérieur, Justice, Education Nationale, Mairie, Plaine Commune) à travailler en cohérence pour lutter efficacement contre les violences.

Alors que Saint-Denis est la ville la plus insécure de France, nous attirons l’attention sur le fait qu’il n’existe aucun plan de prévention de la délinquance des mineurs définissant les actions à mettre en place à court, long et moyen terme dans les écoles, collèges, lycées, antennes jeunesse…. . Les effectifs de policiers manquent toujours sur le terrain, le taux d’encadrement des équipes reste trop faible, absence de formation des policiers…

Certains engagements municipaux n’ont toujours pas été respecté (développement des Maisons de la parentalité pour restaurer la responsabilité des familles, dispositif SOS Parents, Observatoire de la sécurité, recrutement de policiers municipaux, accueil plus importants de travaux intérêts généraux…).

Les échecs successifs des différentes politiques de sécurité menés jusqu’ici sont dus à la mauvaise implication de l’ensemble des élus nationaux et locaux qui restent les seuls décideurs en matière de sécurité publique. Les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités.

La sécurité est l’affaire de tous.

Les membres du bureau
Contact presse : Sénia Boucherrougui – 06 62 54 64 57

Le livre La Saltarelle des BaronnesAssociation contre la Violence à Saint Denis/Plaine Commune     BP 26 93201 Saint Denis Cedex       colvp@voila.fr

Publié dans | Pas de Commentaires »

Ce que veut l’association

Posté par jeanluke le 3 janvier 2008

Création d’une vraie police municipale

Combattre l’insécurité sans préjugé raciste ou xénophob.

Affirmer que la violnence n’est pas le mode normal de résolution des conflits.

Dire la vérité sur la situation particulièrement grave de l’insécurité à Saint Denis et  Plaine Commune.

Interpeller les pouvoirs publics pour qu’ils mettent en oeuvre tous les moyens de prévention et de répression pour  combattre cette situation.

Exiger que nos enfants soient protégés de toutes les violences.

Réclamer la liberté de circuler en toute sécurité partout à Saint Denis

Publié dans | Pas de Commentaires »

historique des actions

Posté par jeanluke le 3 janvier 2008

- 48 % des vols avec violence du 93 ont été commis à Saint Denis – Plaine Commune
Cet ahurissant résultat a été communiqué à la presse par le préfet de Seine Saint-Denis en janvier 2006 (le Parisien du 20 janvier 2006). Que s’est-il passé ensuite ?.
>>>Lire le communiqué de presse
>>>Lire l’article du Parisien

- Marche contre la violence samedi 11 juin 2005
Samedi 11 juin 2005 vous êtiez plusieurs centaines de personnes à nous avoir rejoint pour dire non à toutes les violences.
>>>Galerie de photos

- BILAN DE L’ANNEE 2004
Depuis sa création en janvier 2004, l’Association Contre la Violence n’a cessé de défendre les victimes de violence urbaine et le droit à la sécurité pour tous. Nous vous remercions de l’aide que vous nous avez apportée durant cette année.
>>>Lire la suite

- Tract du 13 Mars 2005
Si l’État semble réagir en lançant la construction d’un nouveau commissariat à la Plaine Saint-Denis et en mobilisant des forces de police supplémentaires, la municipalité de notre ville ne semble pas, par contre, se presser pour venir en aide aux victimes de la violence urbaine dans notre ville.
>>>Lire la suite

- Compte-rendu de la rencontre avec le nouveau Maire le 12/02/2005
Le 3 février, le bureau de l’Association contre la violence a rencontré le nouveau Maire de Saint Denis, Monsieur Paillard et son adjoint en charge de la Tranquillité Publique, Monsieur Laute, ainsi que leurs collaborateurs Messieurs Smadja et Salou.
>>>Lire la suite

- Fax envoyé au ministère de l’intérieur le 12/02/2005
Des élèves de l’école de la Légion d’Honneur sont victimes depuis près d’un mois d’agressions avec violence
>>>Lire la suite

- Communiqué de presse du 10/02/2005
Face aux actes de violence à l’encontre des certaines élèves de l’école de la Légion d’honneur, l’Association Contre la Violence se mobilise pour dénoncer avec force l’insécurité sur Saint-Denis.
>>>Lire la suite

- La marche contre la violence
Samedi 20 novembre 2004, Rendez-vous à 15 H 30 sur la place de l’église Neuve (AU BOUT DE LA RUE PIETONNE), MARCHONS ENSEMBLE SANS PARTI-PRIS POLITIQUE ET RACIAL..
>>>Téléchargez le tract

- Bulletin d’information du 9 octobre 2004
Préparer l’avenir et réussir la marche contre la violence le 20 novembre 2004 pour soutenir les victimes d’agression..
>>>Téléchargez le tract

- Compte rendu du 1er octobre 2004
Compte rendu de la rencontre du 1er octobre 2004 au ministère de l’Intérieur avec le directeur du cabinet de Monsieur le Ministre DE VILLEPIN : UN CONSTAT D’ÉCHEC
>>>
Téléchargez le CR

- Lettre d’information n°3 (aout 2004)
Le Ministre de l’Intérieur, M. de Villepin a indiqué lors de sa visite que l’augmentation de la
délinquance est constane à Saint-Denis +3,8%
>>>Téléchargez la lettre d’information

Publié dans | Pas de Commentaires »

quelques témoignages

Posté par jeanluke le 3 janvier 2008

Une mère,
« Mon fils âgé de 13 ans s’est fait racketter à la sortie du Collège ou il est scolarisé. Nous avons déposé une plainte au commissariat le samedi suivant, puis le mercredi nous avons été à l’identification judiciaire, sans résultats, mais ce qui m’a le plus choqué durant les heures d’attentes au commissariat ce sont le nombre important de femmes qui subissent des vols à l’arrachée, des vols à la portière, j’ai même parlé avec une petite mamie de 90 ans qui s’était fait bâillonnée dans son hall d’immeuble par des jeunes qui l’avaient suivie depuis le distributeur pour lui voler sa CB. J’avoue qu’aujourd’hui je suis très en colère de voir tant de misère, et en parlant à mon entourage j’ai pu constater que chacun a sa petite histoire d’agression à raconter. Nous avions envisagé avec mon mari, différentes possibilités pour amener les habitants de Saint Denis à réagir face à cette violence de tous les jours, mais seuls c’est très difficile. Comme vous le dites « L’union fait la force. »
 Nadine,
« J ai ete victime le 9 décembre du vol a la portière. Alors que j’étais arrêtée aux feux j ai entendu mon carreau se fissurer et mon sac disparaître aussitôt sur le siège avant. je n ai pas eu le temps de réagir alors que les deux agresseurs ‘ enfuyaient dans la cite sans lumière. Je reste encore choquée et j ai peur de sortir dans la rue. Je mets mon sac maintenant en dessous de mes genoux quand je conduis. Il faut enrayer par des actions ce grave fléau qui pourrit la vie du citoyen honnête. »

Corinne,
« Depuis 18 mois, j’ai été agressée 4 fois au cours des 6 premiers mois, dont un vol à la portière très traumatisant pour ma fille âgée de 10 ans à l’époque. »

Claire,
« J’ai 16 ans et j’ai vu le reportage ce soir sur TF1 au JT dans lequel ils parlaient de votre petite association contre les vols à la tire….. je sais que je ne peux pas faire grand-chose mais je voulais juste vous dire que j’approuve totalement votre révolte et que je suis totalement d’accord avec vous. En effet, je suis révoltée par ce genre d’homicides. Je trouve ignoble d’attaquer des personnes âgées en pleine rue et les automobilistes comme ça à un carrefour. J’avais déjà vu auparavant des reportages sur ce sujet là et cela m’avait intéressé ou plutôt révoltée… »

Marie,
« Mesdames, je salue votre initiative. j’ai été moi aussi victime d’un vol a la portière à st Denis alors que j’arrivai à mon travail, à 8h et demi au mois de mai dernier. j’étais arrêtée au feu rouge tout à coup la vitre de ma portière passager a volé en éclat j’ai cru qu’une moto m’avait heurté, puis très vite une main a tiré mon sac qui était sur le siège, je n’est eu que le temps de voir de dos une personne qui s’enfuyait. des passants ont appelé la police qui est arrivée sur les lieux 5 minutes après. j’ai été blessée a la main droite par les éclats de verre et bien sur très traumatisée pendant plusieurs mois ayant toujours peur que cela recommence malgré mes précautions. depuis je porte une banane a la taille et ne prend plus jamais de sac! »

Monique,
J’habite Saint-Denis depuis 1989. Outre le fait que j’ai retrouvé ma voiture vandalisée à plusieurs reprises dans mon parking, j’ai malheureusement été victime d’un vol à la portière l’an passé (vitre brisée alors que j’étais à l’arrêt à un feu près de mon domicile.). Je trouve que depuis plus d’un an, non seulement il n’y a pas eu d’amélioration de la sécurité dans la ville mais les choses ont même empiré. J’approuve votre démarche et j’espère qu’elle sera suivie d’effet ».

Annick,
En 2 semaines à Saint Denis, j ai été agressée 3 fois en janvier 2004 à St Denis. La 1ere fois le jeudi 8.01.04 avec vol de mon sac, vitre de voiture cassée, à 19h. La 2eme fois mardi 20.01 vers 19h, lieu sortie de ST Denis toujours dans les embouteillages. le personnage s’est carrément penché à ma vitre pour voir si il y avait quelque chose à prendre. Là j étais pétrifiée. Il ne sait rien passé mais nerveusement c’est très dur. La 3eme fois c’est ce matin à 9h feu rouge à la hauteur du cimetière, même scénario que précédemment. ils étaient 2, rien dans mas voiture mais une voiture derrière moi s’est fait cassée. Donc voilà je ne sais que faire pour agir ???

Flora,
« Cela s’est déroule un dimanche après midi, j’avais une voiture de location (on m’a prise pour une touriste). Je suis rentrée chez moi en passant par la piscine « La Baleine ». Un jeune homme en compagnie d’enfants ? traverse sur le passage piétons, je me suis arrêtée et j’ai été « attaquée », 2 derrière le véhicule et le troisième à brisé la vitre passager et d’un seul geste s’est emparé de mes sacs. Déclaré être en mesure de les reconnaître. J’ai tente de faire avancer l’enquête impossible, l’administration est trop lourde a remuer. Le dénouement : le juge du tribunal correctionnel m’a écrit pour me dire qu’il classait l’affaire faute d’éléments suffisants. Une voisine près du centre cardiologique du nord, a réagi lorsqu’on a tente de lui dérober son sac. Elle a envoyé un coup de pied bien placé. Un complice lui a donne un coup de poing, résultat 6 dents touchées !

Emmanuel,
« Hier, ma mère, s’est violemment faite agressée dans le centre ville, près de Carrefour, un repère devenu coutumier d’actes de délinquance. Elle a été mise à terre et traînée sur plusieurs mètres, puis enfermée dans un hall d’entrée d’immeuble, où deux jeunes délinquants, certainement familier du quartier, puisqu’ils connaissaient les codes d’entrée de l’immeuble, l’ont affligée de plusieurs coups de pied. C’est la deuxième fois, en l’espace de six mois, que ma mère est victime de la délinquance en centre ville. Mercredi dernier, à quelques mètres de ce lieu, connu de toute la municipalité, une mère de famille était victime, elle aussi, de la même violence ».

Nicolas,
« Toutes les semaines pratiquement depuis 1 mois, je dois fournir des compresses, désinfectant, sérum physiologique et glaçons pour des personnes âgées qui se font agresser en attendant les pompiers ».

Corinne,
« Je suis dionysienne depuis plusieurs générations, saint Denis c’est mon village. J’aime cette ville et je n’ai pas l’intention de la quitter. Habituellement je suis plutôt pacifiste, mais là c’est vraiment trop. Nous ne pouvons pas vivre comme des otages »

Thérèse,
« J’ai été victime d’une agression avec violence et vol de mon sac à main dans l’un des escaliers qui mène au parking du Centre commercial basilique. 2 individus m’ont attaquée par derrière dans l’escalier. L’un deux m’a fait une clé au cou et m’a bâillonnée avec sa main pendant que l’autre m’a arraché mon sac à main que j’avais sous mon manteau. J’ai eu à la suite une incapacité de travail de 3 jours et depuis je porte toujours une minerve. J’ai bien sur porté plainte mais il n’y a eu aucun résultats malgré mes multiples démarches. Je suis volontaire pour participer à ce mouvement pour améliorer la sécurité à Saint Denis. »

Amél,
« Il y a un an j’ai été victime d’une agression à 6h du matin. C’était horrible. Depuis, je roule avec mes portières fermées et une grande bombe lacrymogène à coté de moi et bien sur la peur au ventre ».

Sandra,
« Je me suis présentée au commissariat tout de suite après mon agression. C’était un dimanche matin vers 10h. J’ai attendu pendant 2h15 avant de pouvoir déposer plainte. Il n’y avait qu’un seul agent et la salle était pleine de monde ».

Pascale,
« J’ai été très violemment agressée à saint Denis un vendredi à 19h30 devant mon immeuble. J’ai été jetée à terre, puis traînée sur plusieurs mètres par deux hommes qui voulait mon sac. Je leur ai laissé mais eux m’ont roué de coups à la tête ».

Virginie,
« J’étais seule dans ma voiture, j’étais arrêtée à un feu à St-Denis (je m’etais enfermee) et la paf…..la vitre avant du passager a volé en éclat, je me suis retrouvée avec du verre dans les cheveux, sur le visage, les jambes…et en tournant la tête à droite j’ai vu un homme avec une cagoule sur le visage rentrer le haut du corps dans la voiture (par la vitre cassée donc) et prendre en 3 secondes mon sac à main. J’ai eu juste le temps de les voir de dos (ils étaient deux) repartir en courant: cagoulés, jean et blouson noir.Je suis allée porter plainte au commissariat de St-Denis pour vol à la portiere et préjudice corporel (main en sang).
Inutile de vous dire que je n’ai plus rien: carte d’identité, permis de conduire, carte grise, carte vitale, lunettes de vue, toutes mes clés…Ca s’est passe il y a un mois…je suis donc moins choquée mais toujours aussi révoltée de voir que rien n’est fait contre ces personnes (la police de St-Denis est submergee par ce genre d’actes qui arrivent 20 fois/jour et aucune loi n’existe pour sanctionner ces personnes…). »

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Revue de presse

Posté par jeanluke le 3 janvier 2008

Depuis sa création l’Association Contre la Violence à Saint-Denis / Plaine Commune a fait parler d’elle dans de nombreux articles de presse, reportages télévisées et à la radio

La Presse Ecrite


Lire les articles

 La Télévison

TF1, journal de 20h, le 11/06/2005 – France 3, le 11/06/2005 – France 2, journal de 20h, le 11/2/2005

TF1 Journal de 20h00 du 31 Janvier 2004 – Télé cablée

 

La Radio

France Culture, Radio Beur, Radio Enghien, Europe 1, etc.

Publié dans | Pas de Commentaires »

12
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RogeurNorris
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres