• Comment est née l’association contre la violence à Saint-Denis / Plaine Commune ?

    L'association contre la violence est née d'abord d'un collectif sans parti pris politique et racial. Un jour, de novembre 2003, à 19h à Saint Denis, Natacha Fellous a été victime d'un vol à la portière. Vitre passager brisée en mille éclats se répandant avec force à l'intérieur du véhicule et dans les cris de terreur, un bras ganté qui attrape furtivement son sac à main posé à même le sol. Pendant ce temps, cette nouvelle victime ne savait pas que d'autres subissaient le même jour, une agression plus ou moins violente mais de toutes les façons, une agression. En effet, la réalité, à Saint-Denis, Plaine Commune va bien au delà de l'imaginable, et ne peux être simplifiée et synthétisée par une série de statistiques. Des personnes âgées, frappées sans aucune retenue pour un porte monnaie à peine rempli, des gamins de 13 ans rackettés et terrorisés, des femmes pour la plupart agressées deux fois, voire trois, pour un sac dont le contenu ne méritait pas évidemment le traumatisme laissé. ….bref, une situation inacceptable dans une ville où ces citoyens ont choisi d'habiter parce qu'il fait aussi bon y vivre. Très rapidement, l'idée du collectif a suscité de très nombreux appels et réactions des Dionysiens et de personnes résidant en dehors de la ville. Le collectif en deux semaines à réunit plus de 350 signatures et s'est structuré en association (lien sur les statuts) pour dénoncer la violence à Saint Denis. Affirmer haut et fort que cette violence est inacceptable.
  • Articles récents

  • Accueil
  • > Les chiffres de l’insécurité

Les chiffres de l’insécurité

VIOLENCES – +10%

CROISSANCE A DEUX CHIFFRES POUR SAINT-DENIS

Juin 2010 

Le nouveau Préfet M. Lambert vient d’annoncer que pour la seule circonscription de Saint-Denis, la délinquance a augmenté de 10% sur notre ville.

Lors de sa rencontre avec Préfet le Mercredi 19 mai dernier, l’Association Contre la Violence à Saint-Denis / Plaine Commune a de nouveau interpellé le représentant de l’Etat sur la situation inquiétante et la dégradation de nos conditions de vie.

Tous les quartiers sont touchés par des problèmes de violence et de délinquance. Nous lui avons rappelé qu’elles touchent les plus faibles d’entres nous. En six ans d’existence de l’Association force est de constater que les différentes politiques menées en matière de lutte contre l’insécurité n’ont pas réussies à endiguer et à faire régresser les violences sur notre ville.

Nous avons également rappelé au Maire ses responsabilités en matière de sécurité publique. Celui-ci est dans l’incapacité de prendre des mesures fortes et d’exercer ses pouvoirs de Police du Maire à titre d’exemple : sur la mise en place de la vidéoprotection sur la voie publique, il n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet avec le Préfet . Pas un mot non plus sur le projet de mise en place des correspondants de nuit, sur l’amélioration de l’éclairage public, sur le ré-aménagement de certains espaces, sur les violences scolaires, le fonctionnement de la direction de la tranquillité publique qui compte près de 100 personnes, la direction de la jeunesse et des actions de prévention. Bref, il aurait pu faire semblant mais il ne se donne même plus cette peine. Que dire du CLSPD dont le Maire détient la présidence et quasi au point mort, instance d’une extrême importance qui doit permettre de coordonner les actions de la Police, Justice, Municipalité, Bailleurs sociaux, Transporteurs.

Nous appelons les habitants à continuer de refuser cette situation. La sécurité est un droit inscrit dans la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen.

Les pouvoirs publics, les élus, doivent prendre leurs responsabilités.

Sénia Boucherrougui, Présidente et les membres du bureau  

 

Les chiffres de l’année 2008

Laisser un commentaire

 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RogeurNorris
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres